mardi 31 juillet 2012

un rapide coucou



pour celles et ceux qui n'auraient pas reçu de carte postale, une petite vue des vacances, à la Juan en somme. Tout aussi triste, car c'est fini pour nous aussi, on cuit encore un peu à Montauban et on rentre au frais, mais bon il faut bien que les copains puissent partir aussi, il semblerait qu'ils en aient besoin comme Nicolas



~~~~~~~~~~~ Bookmark and Share

vendredi 13 juillet 2012

J'ai vraiment la :



ce soir ce sont les vacances qui commencent, alors je coupe tout pendant trois semaines (n'ayant pas de téléphone magique, spéciale cacedédi à Jean).

Vous souhaitant plein de bonnes choses,

à plus

Nicolas pour organiser ta probable venue en Touraine, tu connais mon portaibeule.


~~~~~~~~~~~Bookmark and Share

mercredi 11 juillet 2012

Bon anniversaire @mipmip



Elooooodie me rappelle que c’est ton anniversaire, que tu as déjà semble t’il fêté hier lors d’un KdB. Alors juste un petit cadeau, quelques chansons sur Nantes, 

On démarre avec Place 54 de Hocus Pocus qui te rappellera tes trajets en Tégévé entre Montparnasse et Nantes, puis un tour dans la ville avec Beirut, un tour sur le port, quai de la fesse euh fosse avec Marc Ogeret et Jean François, avant de finir par escalader la butte Sainte Anne au son de l’accordéon de Daniel Mille.

Allez clique donc sur l'image :

source
 


J’aurais pu en mettre des milliers d’autres de chansons sur Nantes, de Barbara à Renan Luce, en passant par Tri Yann ou Pigalle, ils sont nombreux à avoir chanté cette belle ville et ses habitants.

~~~~~~~~~~~ Bookmark and Share

mardi 10 juillet 2012

La radio des blogueurs 2012



Lolobobo a lancé en juin dernier la troisième édition de la radio des blogueurs. Déjà plus de 350 001 participations recensées, que vais-je pouvoir apporter comme pierre à ce merveilleux édifice, troisième du nom ? En effet, plein de keupines et keupins ont fait part de leur(s) choix, tous plus sympathiques les uns que les autres, permettant de découvrir un peu les goûts de chacun.

Yann Savidan a choisi de partagé un titre d’Hélène Grimaud, Val le Nain trois titres de DJ prometteurs, Melclalex un titre de Pony Pony run run, Elooooodie du rock n roll, Ju la Ruda en live, David Burlot un titre de Carmen Maria Vega, Dadavidov un de who made who, Juan du Family of the year, Isabelle du Will Young, Trublyonne danse avec Bobby Womack, Matfanus fait encore dans le local avec Babil, Princesse 101 avec Donna Summer, Pierre D a retrouvé une video de Django, etc.. etc …
Enfin bref il y a à boire et à manger dans la radio des blogueurs !

D’ailleurs si tu veux participer, tu peux il suffit de suivre les règles suivantes :
  • Tu choisis ta chanson de l'été (ça peut être une chanson que tu écoutes en ce moment, un groupe qui joue du coté de chez toi, ou une chanson qui a accompagné un de tes étés précédents)
  • Tu fais un beau billet sur ton blog avec :
  • Un lien vers ta chanson de l'été (ou une video youtube de la chanson)
  • une copie de la règle du jeu
  • Un lien sur ce billet (çà me simplifiera la tache pour retrouver ta participation)
  • Une liste de deux ou trois blogueurs que tu souhaites tagger dans cette chaine pour qu’à leur tour ils nous proposent leur chanson de l'été. On va dire celles et ceux qui veulent


Mon choix pour cet été se porte sur tout un livre-album, « ma tata, mon pingouins, Gérard et les autres » de François Hadji Lazaro et illustré par Delphine Durand. Ça occupera la route des vacances.




Et si tu veux le voir en live il sera à Terres du Son ce week-end !
~~~~~~~~~~~ Bookmark and Share

lundi 9 juillet 2012

où je reparle de poubelle, désolé


Il y a des jours comme ça tu préfèrerais être en vacances comme certains plutôt que de parcourir la presse, surtout dans le domaine dans lequel tu baignes. Aujourd’hui c’est le cas, et donc je vais encore repousser ma participation au dico des blogueurs et à la radio de l’été.

Ce matin, deux articles sur le monde merveilleux des déchets. Le premier dans Le Monde Planète, par Gilles van Kote, qui donne la parole aux élus locaux qui se retrouve, souvent un peu poussés par les collègues qui préfèrent s’occuper de sujets autrement plus glamour comme le développement économique ou la culture, qui ont la charge des montagnes de merdouilles que nous produisons jour après jour. Ces élus, se retrouvent face à des enjeux techniques, réglementaires et financiers assez énormes. D’un côté la réglementation évolue à vitesse grand V (on est passé du cantonnier qui mettait dans un trou les poubelles ramassées dans la commune dans les années 60, à des schémas de tri de plus en plus complexe avec 2,3 voire plus poubelles, des déchèteries dans lesquelles il faut trier plus d’une cinquantaine de familles de déchets), les traitements sont de plus en plus onéreux pour mieux protéger l’environnement et les populations environnantes,…) et comble du comble la production de déchets ne cesse d’augmenter. Tiens, par exemple dans le Chinonais, on en produisait 222 Kg par an par tête de pipe en 1984, en 2011 c’était 330 Kg, soit une augmentation de 100 Kg par an par personne.  Et cette augmentation, tout le monde en est responsable. Il y a bien sûr les méchants industriels, qui mettent plein d’emballages, voire qui misent gros sur l’obsolescence programmée. Mais si on prend le petit bout de la lorgnette des emballages, il faut aussi se demander si les consommateurs ne sont pas aussi en partie responsables, via le législateur : en effet, la masse d’information pour un produit est maintenant telle qu’il faut avoir du temps pour tout lire. Et puis une société qui jette autant, les citoyens qui la peuplent ont bien une légère part de responsabilité, non ? + 100 Kg par habitant et par an en 30 ans, ça commence à faire pas mal. Le mythe du « consomme pour être heureux » ne vit que parce qu’on le veut bien. Y a-t-il un véritable intérêt à changer de téléphone portable avant sa mort clinique, voire par noyade comme pour le sagem de Nicolas ? L’imminence d’un évènement sportif justifie t’il de changer sa télé par un écran plat qui fait dolby surround ? Et donc nos élus locaux se retrouvent avec trois impératifs :
ü   
  • Une capacité contributive de leurs concitoyens non extensibles 
  •  Une imagination débordante de l’industrie qui nous créé des déchets nouveaux en veux-tu en voilà (certaines marketteurs de génie travailleraient actuellement sur des paquets de cornflakes lumineux et sonores pour attirer le chaland, transformant des bêtes boîtes en carton en déchets électroniques)
  • Une législation qui se durcit et qui tire un peu dans tous les sens, au niveau européen notamment

Le second article qui m’a mis en rogne ce matin est une illustration de ce problème réglementaire. On a donc d’un côté nos élus, aidés de services techniques et administratifs, qui cherchent des solutions pour traiter une montagne de déchets et essayant d’en recycler une partie de plus en plus importantes, pour deux raisons principales : la protection de l’environnement (par la préservation des matières notamment) et des coûts qui s’envolent. Mais aussi pour répondre aux exigences d’une réglementation européenne qui pousse à des tris pour de plus en plus de matières, fermant pour cela le recours à l’enfouissement de plus en plus. Car au final, les déchets qui ne peuvent pas être recyclés, ceux qu’on appelait ultimes à une époque, sont soient incinérés soient enfouis. Et de l’autre côté la nébuleuse des associations de protection de l’environnement. Quelque soit le projet, je dis bien quelque soit, vous aurez toujours une association qui sera contre, voire qui naitra pour montrer son opposition. Ceci est simplement dû au fait que le syndrôme du NIMBY (Not in my backyard, pas dans mon jardin pour les non germanophones) est fortement ancré, ce que je comprends tout à fait, moi en tant qu’habitant d’un quartier je verrais d’un assez mauvais œil la construction d’une infrastructure gérant des déchets, ou produisant de l’électricité. Je suis d’ailleurs fortement opposé aux antennes relais de téléphonie mobile (je vais finir par passer pour un arriéré, mais je n’ai pas de portable perso, pas de gps dans ma voiture, pas de télévision à écran plat, en fait quasiment aucun gadget high tech, n’en ressentant pas plus le besoin que ça au final), et je hurle à chaque décollage de chasseurs sur la base aérienne, croisant fortement les doigts pour que l’aéroport « international » de Tours périclite s’il n’est pas capable de vivre autrement que sous perfusion de subventions à Ryanair.

Entre ces deux camps, forcément en opposition, plus ou moins mouchetée, il y a les « experts » et les medias. Les medias faisant souvent recours aux experts, notamment sur ces sujets techniques et à forte capacité polémique que sont les déchets. 

Donc dans l’article qui m’a poussé à écrire ce billet, sur Rue89, Sophie Verney-Caillat, comme Denis Cheyssou il y a quelques mois dans CO2 mon amour, a décidé que le « tri mécano-biologique » faisait un mauvais compost. Point.  Et elle s’appuie sur des « experts ». Notamment le réseau Compost Plus, constitué de collectivités qui ont pris le parti de faire du compost à partir de biodéchets collectés de manière séparée, en gras une poubelle différente pour les déchets de cuisine et de jardin. En France il y a deux manières de voir le problème, poussé par une restriction programmée de l’enfouissement et un besoin de certaines terres agricoles en matière organique : soit on utilise des biodéchets collectés séparément, soit on fait passer les déchets de tous les jours dans des unités de tri pour en extraire la matière qui pourra être compostée. Ce débat ne peut être tranché qu’en prenant les situations locales au cas par cas. Et en arrêtant de penser qu’une seule méthode est la bonne. Il faut viser une obligation de résultat et non de moyen, car si on se focalise sur la méthode utilisée on risque fort de laisser passer une grande quantité de déchets compostables entre les mailles du filet. Surtout que ce débat est celui lancé à l’échelle européenne et qui doit être tranché dans les prochains mois. Et ce débat européen me permet de revenir sur la position tranchée choisie par Rue89, on apprend dans le déchets-Infos du 19 juin 2012, que les résultats des tests sur les composts provenant de biodéchets collectés séparément ou issus de TMB n’étaient pas si nets que ça :
« Or selon une source proche du dossier, ces analyses étaient en fait disponibles dans leur presque totalité dès le 6 juin. Mais leurs résultats ne sont pas aussi tranchés que l’au­raient voulu la Commission et les pays du Nord. En clair, ils montreraient que certains composts de biodéchets sont de qualité médiocre alors que certains composts de TMB sont de bonne qualité. »

Ce résultat on l’attendait un peu, il avait été plus ou moins annoncé dans l’étude de l’INERIS d’avril 2012. La Commission Européenne se retrouve en peine de statuer mais les experts dont la position semble défendue par Rue89 ont raison si l’on se contente de cet article. Rien de tel pour motiver des élus locaux, qui finiront par dire au législateur : « hé, tu nous dis une bonne fois pour toutes ce qu’on doit faire des poubelles, et nous on le fait ». Parce que travailler pendant des mois sur une filière pour se voir accuser au bout du bout d’être des sales pollueurs, je pense qu’ils vont finir par en avoir gros sur la patate.
~~~~~~~~~~~ Bookmark and Share

lundi 2 juillet 2012

Yann Tiersen à La Gloriette

Certains regardaient le foot, étaient au troquet et organisaient leurs vacances, défendaient les punks à chiens, programmaient comme des fous pour que la radio de l'été des blogueurs fonctionne, luttaient contre les éléments ou tout simplement essayaient  d'écouter de la musique contre vents et marées.



Nous on a préféré se la jouer cool. Même si Matfanus (qui ayant fort bossé pour nous faire un très intéressant article sur les Démophiles et leur rôle notamment dans le Congrès de Tours avait très soif) avait essayé de nous prévenir que la buvette avait fermé depuis 18 heures (ce qui est une preuve patente d'un manque d'organisation certain..) Fin de week-end cool donc hier à La Gloriette. Le Conseil régional avait invité 4 groupes à venir la Loire à Vélo dans le potager de La Gloriette, mais comme pour Aucard de Tours, nous dûmes laisser les filles tester les jeux avant de pouvoir retrouver le concert. On a donc louper Piano Chat, ce sera pour une prochaine.




Après un tour dans le potager, en route pour la scène, où déjà Yann tiersen avait entamé son set.


On est arrivés pile poil pour "sur le vif" :

video

Un très bon moment, les filles ont pu continuer à jouer dans l'herbe et nous on a pu regarder le coucher de soleil au son de Tiersen


dans cette photo s'est glissé un très habile photographe




Une bien bonne soirée

~~~~~~~~~~~ Bookmark and Share